2017, le "R" de l'ARODE qui signifiait "Restauration" devient "Rayonnement". Cela correspond à la situation actuelle et future de notre association.

Sommiers

• 1 sommier pour le positif intérieur, situé derrière celui du grand-orgue. Il s’agit de celui du positif de dos de Silbermann, agrandi vers 1850 en ajoutant deux chapes, à l’emplacement de l’ancienne laye, et cinq notes supplémentaires à gauche. La largeur du sommier ancien de Silbermann est de 1235 mm, celle de la partie ajoutée est de 155 mm, avec un espace de 98 mm entre les deux, et la profondeur de 822 mm. La division est la suivante : f’’’ e’’’ ds’’’ d’’’ cs’’’ Cs Ds F G A H c’’’ ––– c B Gs Fs E D C. Le dessous de la grille est encollé de papier bleu, du XIXe siècle, avec des trous d’échappements qui trahissent des problèmes internes. La laye a été reconstruite vers 1850, à l’exception des soupapes qui sont encore de Silbermann. Elle est située à l’avant, fermée par un tampon en sapin maintenu par des coins de chêne. Les soupapes de Silbermann sont en chêne, avec le nom de la note marqué à l’encre. Elles sont actuellement situées sous la grille alors qu’elles reposaient sur la grille à l’origine. Les guides latéraux sont en laiton, de même que les ressorts à deux boucles. Les boursettes en peau sont dans un état assez moyen. L’ordre des chapes est le suivant, avec leur largeur en mm :

1) Cromorne 8  157
2) Salicional 8 90
3) Tierce 1 3/5 92
4) Doublette 2 97
5) Nazard 2 2/3 95
6) Bourdon 8 100
7) Flûte 4   95
8) Prestant 4 95

• 2 sommiers pour le grand-orgue, construits vers 1850, placés derrière la façade. Division diatonique avec 18 basses (C-f) aux extrémités latérales, avec graves vers l’extérieur, et notes suivantes au centre, avec graves vers le centre. Les 12 premières notes sont dotées de soupapes doubles. Leur largeur est de 1443 mm pour le côté C et de 1434 mm pour le côté Cs, leur profondeur est de 815 mm. Le dessous de la grille est encollé de papier kraft brun (1954 ?), percé de trous de décharge qui montrent que ces sommiers ne sont pas en très bon état. Un grand régulateur anti-secousses a été ajouté sous le sommier du côté ut, par Alfred Kern en 1954, mais son efficacité n’est pas très probante. L’ordre des chapes est le suivant, avec leur largeur en mm :

1) Montre 8 et Prestant 4 110
2) Gambe 8 et Cornet 120
3) Bourdon 16 100
4) Bourdon 8 85
5) Flûte 4 77
6) Nazard 2 2/3 et Doublette 2 111
7) Fourniture 3 rgs 67
8) Trompette 8 B+D 118

• 2 sommiers pour la pédale, construits vers 1850, diatoniques avec basses aux extrémités, placés dans le soubassement derrière le buffet. La table est flipotée entre les gravures. La hauteur des gravures est de 73 mm, l’épaisseur des registres de 9 mm, celle des chapes de 30 mm et celle des faux-sommiers de 11 mm, avec 135 mm entre la chape et le faux-sommier.  La laye s’ouvre à l’arrière, avec un tampon en sapin, en applique, maintenu par deux coins de chêne pour chaque tampon. Les soupapes sont en sapin, collées en queue, avec deux guides latéraux en laiton et un ressort en laiton à deux boucles. Les boursettes sont en peau. Il y a deux soupapes par note sur toute l’étendue du pédalier. Les chapes sont clouées, sauf celle du Clairon 4 qui a été replaquée par Kern et qui est vissée.

Ordre des chapes, avec leur largeur en mm :

1) Principalbass 8 80
2) Subbass 16 (entièrement postée) 88
3) Octavbass 4 86
4) Clairon 4 (Bombarde à l’origine) 95
5) Trompette 8 90